Mais qui a inventé le champagne ?

Pops paris restaurant article champagne fûts

Les Anglais, vers 1660…

A cette époque, les Anglais achetaient aux Champenois des tonneaux de vin en vrac, qu’ils embouteillaient et entreposaient dans des caves. La conservation en fûts n’était pas optimale, et leurs bouteilles en verre étaient non seulement moins chères mais surtout plus résistantes à la pression de la fermentation que celles des autres verriers.
Cette fermentation alcoolique provoquait un dégagement de gaz carbonique qui, à l’ouverture de la bouteille, formait les fameuses bulles. Mais cette « effervescence » n’était pas sans danger : ces vins étaient baptisés « vin du diable » ou « saute-bouchon », à cause des bouteilles qui explosaient ou des bouchons qui sautaient sous la pression… (bouchons en liège que les Anglais avaient aussi découverts…).

Et dom Pierre Pérignon, moine bénédictin, que l’on présente encore comme l’inventeur du Champagne effervescent ?

Hélas ! Lorsque Dom Pérignon arrive dans la Marne à Hautvillers en 1668, on fait déjà mention en Angleterre de vins de Champagne pétillants.

Mais dom Pérignon sera probablement le premier à pratiquer l’assemblage de raisins de différents crus et cépages, qui permet d’améliorer la qualité du vin, de jouer sur la maturité et de multiplier les arômes, et à pratiquer la méthode de vinification des vins effervescents de Limoux (technique de prise de mousse en bouteille).

Le champagne effervescent aurait donc été commercialisé dans des bouteilles spécifiques, pour la première fois en France, vers 1695.

Une bouteille de 75 cl ?

Standardisée au 19e siècle la bouteille fait 75 cl, et non 1 litre (100 cl).

Mais pourquoi ?

Les principaux clients des viticoles français étaient… les Anglais, et les deux pays n’ont pas le même système de mesure. Pour les Anglais l’unité est le « gallon », soit 4,546 litres.

Jusqu’au 18ème siècle seule la vente en fûts est autorisée (loi de 1691 qui impose la vente en tonneaux, contenant plus facilement taxable car suffisamment gros pour prévenir les fraudes).

Avec des fûts de 225 litres, soit environ 50 gallons, on obtenait 300 bouteilles de 75 cl. Un gallon valait donc 6 bouteilles. Cela a grandement facilité les conversions et les échanges commerciaux, et s’est donc imposé ! La bouteille de 75 cl sert de référence pour les autres contenants.

Les contenants les plus courants pour le Champagne

Pops paris restaurant article champagne contenants

  • Le 1/4 (quart) : 0,20 l ;
  • La demi-bouteille ou « fillette » : 0,375 l ;
  • La bouteille standard ou « Champenoise » : 0,75 l ;
  • Le Magnum : 1,5 l soit 2 bouteilles ;
  • Le Jéroboam : 3 l soit 4 bouteilles
  • Le Mathusalem : 6 l soit 8 bouteilles ;
  • Le Salmanazar : 9 l soit 12 bouteilles ;
  • Le Balthazar : 12 l soit 16 bouteilles ;
  • Le Nabuchodonosor : 15 l soit 20 bouteilles.

Il existait des contenants maintenant abandonnés, comme le 1/8ème, le Médium de 50 cl ou le Réhoboam de 4,5 l (6 bouteilles).

Et des contenants bien supérieurs au Nabuchodonosor sont proposés par certaines maisons de champagne : Le Salomon : 18 litres, soit 24 bouteilles ; Le Souverain : 26,25 litres, soit 35 bouteilles ; Le Primat : 27 litres soit 36 bouteilles ; Le Melchizédec : 30 litres, soit 40 bouteilles. dont seulement dix exemplaires sont commercialisés chaque année.

Pourquoi le fond des bouteilles est concave ?

Pops paris restaurant article champagne fond

La bouteille de Champagne est la bouteille la plus résistante. Elle doit supporter une pression de 6 bars (c’est la pression absolue subie par un plongeur à 50 mètres de profondeur !).

Le fond concave de la bouteille, appelé « la piqûre » par les professionnels, permet de mieux répartir la pression du gaz carbonique, ce qui réduit les risques que la bouteille n’explose. Et avec ce culot concave, la bouteille est plus lourde et donc plus stable. Cela facilite aussi la bonne tenue pendant le service.

Il serait aujourd’hui possible de faire autrement, mais avec le temps ce design est resté, et toutes les bouteilles ont continué à adopter cette forme.

Sauf les bouteilles de Cristal de Roederer « Cuvée de Prestige » qui ont un fond plat.

En effet, en 1855, le Tsar russe Alexandre II commande à la maison Roederer un Champagne de prestige, dans une bouteille en cristal de Baccarat et à fond plat. Et comme il redoute les attentats il souhaite une bouteille transparente pour vérifier qu’aucun poison n’y soit versé et un fond plat pour éviter qu’une bombe ou un explosif ne soit caché dans la piqûre.

Dans quoi boire le champagne ?

Une coupe, une flûte, un verre ovoïde, un blida, une pomponne ?

Pops paris restaurant article champagne coupePops paris restaurant article champagne flûtePops paris restaurant article champagne ovoïde

La coupe à champagne, avec son profil arrondi, à toujours permis de déguster le champagne.

La légende veut d’ailleurs que cette coupe ait la forme du sein gauche de la Marquise de Pompadour, favorite de Louis XV, roi de France et de Navarre.

Mais depuis les années 30 la flûte a largement remplacé la coupe, dont les bulles s’échappaient trop vite.

La flûte à champagne est donc un long verre à pied.

La forme « tulipe » est celle d’un verre qui s’évase vers le haut. La surface de contact réduite avec l’air permet de limiter la perte de bulles, et tenir le pied permet d’éviter de réchauffer le champagne.

Mais comme l’ouverture est étroite le flux de bulles vient parfois chatouiller le nez et masquer les arômes…

La coupe est trop large et la flûte trop étroite ? Les professionnels privilégient donc maintenant un verre « ovoïde », en forme de tulipe et allongé comme une flûte, mais arrondi au milieu !

 

Pops paris restaurant article champagne blida

 

Le blida.

A l’origine verre à thé expédié en Algérie, à Blida (d’où il tire son nom), c’est le verre à dégustation des vignerons champenois.

Ce verre ingénieux est plus petit qu’une coupe ou qu’une flûte de champagne, moins fragile et plus facile à entretenir. Avec ses dimensions de 5×8 cm, ce petit verre s’emmène partout et permet de partager une bouteille entre 8 et 10 personnes.

 

 

Pops paris restaurant article champagne pomponne

Et le pomponne ?

C’est un verre ayant la forme d’une flûte sans pied, se terminant par une boule en verre ou un anneau. Il se pose renversé ou dans un support adapté.

Son invention date de 1875, mais il est remis au goût du jour par de grandes marques de champagne.